Le Podcast

Ecoutez les anciens Conviviabules

CONVIVIABULE 31: Et si on utilisait la force des groupes pour sortir de l'impuissance?

par Valérie Kernen | 12 juin 2024

Valérie Kernen est médiatrice, notamment en justice restaurative et intervenante en thérapie sociale. Après avoir travaillé 20 ans comme journaliste et reporter en Suisse comme à l’étranger, elle a souhaité centrer ses activités sur le dialogue et les approches de résolution des conflits à l’amiable, de peacebuilding et de réconciliation.

En quelques mots : 

Et si on utilisait la force des groupes pour créer le monde de demain ? Pour prendre en compte la complexité des enjeux de notre société en mutation ? Pour réparer les torts suite à un crime ou un délit ? Pour rêver plus grand et plus intelligent ? Valérie Kernen, ex-journaliste, médiatrice formée en justice restaurative et intervenante en thérapie sociale est passionnée par les groupes et leur capacité à répondre aux défis de ce monde. Elle évoque ses inspirations et ce qu’elle a appris à travers les peuples autochtones qu’elle a côtoyés, les groupes de rencontres victimes-auteurs en prison ou ailleurs et les outils étonnants de la thérapie sociale, qui au-delà des bonnes intentions aident à dépasser les peurs, les violences relationnelles et augmentent le pouvoir d’agir ensemble au service d’un monde qui nous inspire.

Pour aller plus loin

 Voix du Monde, le site des reportages de Valérie Kernen

– Intermède, le site de médiation de Valérie Kernen

 Institut Charles Rojzman de thérapie sociale 

– AJURES, association pour la justice restaurative en Suisse

Bande-annonce du film de fiction  » Je n’oublierai jamais vos visages » 

– Podcast LSD sur la justice restaurative (4 épisodes) 

– Documentaire suisse sur la justice restauration :  » Je ne te voyais pas »

 

 

CONVIVIABULE 30 : Et si on inventait une écologie pirate ?

par Fatima Ouassak | 7 mai 2024

Fatima Ouasska est une essayiste & militante écologiste, féministe et antiraciste française. Elle a notamment écrit « La Puissance des mères  » (qui a reçu le pris du public de l’essaie féministe en 2021) et « Pour une écologie pirate ». Elle est cofondatrice du collectif Front de mères, syndicat de parents dans les quartiers populaires. Avec ce collectif, elle est à l’initiative avec Alternatiba, de la création du premier lieu consacré à l’écologie populaire, Verdragon.

En quelques mots

Vous vous demandez comment mettre en place une écologie inclusive et populaire? Comment faire des liens entre féminisme, antiracisme et lutte pour la planète ? Ne manquez pas cette rencontre avec la politologue, militante et essayiste Fatima Ouassak. D’après elle, nous manquons aujourd’hui en Europe d’un projet écologiste capable de résister aux politiques d’étouffement, dans un monde de plus en plus irrespirable. Un projet qui articulerait enfin l’ancrage dans la terre et la liberté de circuler. Un projet dont le regard serait tourné vers l’Afrique et qui viserait à établir un large front internationaliste contre le réchauffement climatique et la destruction de la Méditerrannée un espace autonome et un point de ralliement des mutineries du Nord comme du Sud. Un projet qui se mettrait à hauteur d’enfants et chercherait leur bien-être et leur libération.

Ce projet, c’est celui de l’écologie pirate

 

CONVIVIABULE 29 : Et si on créait de la musique sans électricité?

par Louis Jucker et Loris Ruchet | 30 avril 2024

Louis Jucker est musicien bricoleur à temps complet, lauréat du prix suisse pour la musique 2021, cofondateur du label Humus Records 

Loris Ruchet est ingénieur-graveur indépendant et créateur du Grand Voyage Records à Savièse.

En quelques mots

En compagnie de l’inénarrable et bricoleur Louis Jucker et de son complice savant ingénieur graveur, Loris Ruchet, découvrez, avec beaucoup d’humour, à quoi ressemble concrètement le son, comment le capter pour le graver sur de la matière, sans apport d’électricité. Ces deux compères sont en effet partis dans un voyage rétrofuturiste leur permettant de reprendre des découvertes du passé, d’utiliser les matériaux et connaissances d’aujourd’hui pour préparer les enjeux de demain. Il nous présentent en avant-première « La Manuelle », une machine graveuse autonome pionnière. Un moment historique et qui prépare un demain sobre, musical et joyeux.   

 

Pour aller plus loin

– Le site de Louis Jucker

Humus Records, le label indépendant co-créé par Louis Jucker et son instagram

Grand Voyage Records de Loris Ruchet

– Le manuel du punk urbain, hommage de Louis Jucker à la ville La Chaux-de-Fonds, et la scène alternative, lors de la remise des Prix suisses de musique 2021 

CONVIVIABULE 28 :Et si on arrêtait d'expulser des personnes de Suisse ?

par Alex Da Costa | 20 mars 2024

Alex Da Costa est diplômé d’anthropologie et d’études sur la migration et la citoyenneté à l’Université de Neuchâtel, et militant à Droit de Rester Neuchâtel.

En quelques mots

Contrairement à son image de pays à « tradition humanitaire », la Suisse procède chaque année à des milliers d’expulsions de personnes venues chercher l’asile sur son territoire. Membre de l’Espace Schengen et signataire des accords de Dublin, elle participe de ce fait pleinement au phénomène de durcissement des politiques migratoires européennes observé ces dernières années. Membre de l’association Droit de Rester à Neuchâtel, Alex Da Costa revient, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, sur la campagne #StopDublinCroatie qui milite pour l’arrêt des renvois en Croatie, pays où de nombreuses personnes réfugiées ont subi de graves violences de la part de la police croate.

 

CONVIVIABULE 27 : Et si on reconstruisait la protection sociale pour toutes et tous ?

par Véréna Keller | 14 février 2024

Véréna Keller est professeure honoraire de la Haute école de travail social et de la santé de Lausanne.  Elle est également membre du thinktank de gauche Denknetz, et habite depuis près de 30 ans dans une coopérative genevoise.

En quelques mots

Le Denknetz est un think-tank socio-critique de gauche, constitué de milieux de la recherche et des sciences, des mouvements sociaux et de la politique. En 2009, il a publié un premier livre d’analyse des lacunes du système de protection sociale suisse et présenté des propositions de réorganisation en profondeur.  D’intenses discussions ont suivi et le résultat est la publication parue en 2022 :  « Reconstruire la protection sociale pour toutes et tous » (Allgemeine Erwerbsversicherung AEVplus). C’est ce modèle que présente Véréna Keller, modèle qui propose de simplifer, d’unifier et d’élargir les prestations sociales à la place de la multiplicité actuelle d’institutions et de services. 

 

CONVIVIABULE 26: Et si on abolissait le mariage?

par Sabrina Burgat & Michael Saul | 6 décembre 2023

Sabrina Burgat est avocate spécialiste en droit de la famille, professeure ordinaire à la Faculté de droit de l’Université de Neuchâtel, et également co-directrice de l’Institut de droit de la santé. Michael Saul, également avocat, est son assistant doctorant. 

En quelques mots : 

Partant de différentes critiques féministes de l’institution juridique du mariage  (renforcement du modèle de monogamie, le sentiment de  possession de l’autre pouvant encourager des violences conjugales, l’importance donnée à la procréation,…), Sabrina Burgat et Michael Saul considèrent que le mariage est l’institution juridique la plus importante de l’ordre patriarcal. Iels se posent la question des avantages du mariage en le comparant avec le concubinage et constatent les privilèges, notamment en matière d’impôts ou de protection sociale, quand il est favorable au maintien du modèle patriarcal (homme pourvoyeur, femme au foyer). Sabrina Burgat et Michael, dans un joli dialogue et dans une posture de positionnement personnel – rare dans le domaine du droit- se posent la question de l’abolition du mariage et n’arrivent pas exactement aux mêmes conclusions. 

Petite bibliographie 

  • Sabrina Burgat, Le principe d’égalité de traitement en droit des familles : aspects choisis au regard de deux projets législatifs en cours (PACS et filiation), in : La pratique du droit de la famille (FamPra.ch), 2022, p 803 ss
  • Stéphanie Perrenoud, Conjoints et concubins : des différences de traitement (encore) justifiées? – Etat des lieux et perspectives en droit des assurances sociales, in : Revue suisse des assurances sociales et de la prévoyance professionnelle (RSAS) 2022, p.411 ss (Cahier spécial : Union libre, familles et assurances sociales)
  • Céline Bessière/Sibylle Gollac, le genre du capital- comment la famille reproduit les inégalités, Paris 2019 

CONVIVIABULE 25 : Et si on Conviviabulait ? - SPECIAL ANNIVERSAIRE !

par Nathalie Ljuslin et Christopher Richard | mars 2024

Nathalie Ljuslin est anthropologue, formatrice d’adultes et à la source du Conviviabule. Christopher Richard est médecin, et membre fondateur de l’association Conviviabule. 

 

En quelques mots

Pour marquer le 25e Conviviabule, Nathalie Ljuslin et Christopher Richard ont créé un podcast spécial consacré au… Conviviabule. Les trois sources d’inspiration du Conviviabule sont explorées : la Coopérative d’en face, habitat participatif qui a vu naître cette initiative et qui a incité à creuser la thématique du vivre-ensemble; le convivialisme, philosophie politique qui est à la source du nom et de la volonté de trouver des dénominateurs communs entre artistes, scientifiques et activistes en rupture avec le monde néolibéral, et pour finir le pouvoir de l’imagination de Rob Hopkins, qui nous a incité à commencer nos soirées par des « Et si… ? »

 

CONVIVIABULE 24 : Et si on créait un lieu de santé communautaire et durable ?

par Johanna Sommer | 24 octobre 2023

Johanna Sommer est médecin généraliste, professeure à l’Université de Genève, responsable du cursus en santé planétaire, et co-fondatrice de la maison de santé de Meinier  

En quelques mots

Après la projection du film « Château en Santé », présentant une maison de santé dans un quartier très précarisé de Marseille, Johanna Sommer présente le projet dans lequel elle a été impliquée dans la région de Genève, la maison de santé de Meinier qui a ouvert ses portes 6 mois plus tôt.  

Partant des constats d’une population vieillissante, du découragement des jeunes médecins qui ne trouvent plus de sens dans leur métier, des coûts de la santé et de l’impact environnemental du système de santé suisse, Johanna Sommer nous encourage à redonner sa place à la médecine de proximité avec une équipe interprofessionnelle.  

Elle présente la maison de santé de Meinier, ouverte récemment, qui oeuvre en gouvernance partagée, et met la qualité du soin, la coordination, la promotion de la santé et l’éco-responsabilité au coeur de son action. 

 

Pour aller plus loin

Film « Château en Santé » d’Olivier Bertrand

Les maisons de santé interprofessionnelles, article dans le Bulletin  des médecins suisses, juin 2023 

Demain, une maison de santé ? article dans la Revue médicale suisse, octobre 2023

– Revue médicale suisse consacrée aux Maisons de santé (payant), avec exemples suisses, français, belges, mai 2023

-La maison de santé de Meinier

Le cursus en santé planétaire de l’Université de Genève

CONVIVIABULE 23 :Et si on réduisait la pollution aux micro-plastiques ?

par Anne-Laure Maire & Marion Jaussi | 13 septembre 2023

Anne-Laure Maire  s’est formée à la biologie à l’Université de Neuchâtel, et s’est spécialisée en botanique. Elle est aujourd’hui conservatrice au Jardin botanique et enseigne dans le cadre de Floraneuch. 

Marion Jaussi est docteure en microbiologie, spécialisée dans les bactéries des sédiments marins. Passionnée par le vivant, comme Anne-Laure, elles ont organisé ensemble  pendant leurs études un cycle de documentaires et conférences sur l’écologie.

En quelques mots 

Partant de l’absurdité de la patinoire en plastique de Neuchâtel, supposée être écologique, Marion Jaussi suit une particule de micro-plastique dans son parcours dans les airs, le sol et l’eau. Elle nous fait prendre conscience que les micro-plastiques sont dorénavant présents partout : de l’air que nous respirons, aux végétaux que nous mangeons jusqu’aux êtres vivants évoluant dans la fosse de Marianne à 11km sous l’eau ! Anne-Laure Maire explore les sources de ces plastiques : vêtements, construction, pneus, cosmétiques, emballages à usage unique … pour essayer de cerner les pistes d’actions. Après avoir cité les directives et traités qui s’annoncent au niveau international et européen, elles ouvrent la discussion avec le public présent : quelles actions individuelles et collectives pourrait-on imaginer ? 

Quelques pistes d’action

-Associations actives dans la guerre contre la pollution plastique des océans :  The plastic soup foundation, Zero waste, The Surfrider foundation,  WWF

– Pistes d’actions proposées par Greenpeace

 Pétition Ocean Care pour lutter contre les microfilmes dans les cosmétiques et diminuer le gaspillage des emballages 

– Application « Beat the microbead« , qui permet de connaître la composition des cosmétiques 

 

CONVIVIABULE 22 : Et si on voyageait léger ?

par Fanny Howald | 30 août 2023

Fanny Howald a parcouru quelques parties du monde en train, auto-stop et aujourd’hui l’explore à vélo. Depuis qu’elle a découvert le cyclo-voyage, elle transmet sa passion aux jeunes grâce à Défi vélo, par des conférences comme à Festivélo ou en organisant des camps. Elle est par ailleurs animatrice-socioculturelle, formée à la psychologie positive.  

En quelques mots

De retour d’un cyclo-voyage de trois mois seule au Japon, Fanny Howald nous parle des peurs qui ont précédé sa décision, et comment elle a disséqué « son mammouth de la procrastination ». Elle partage les différentes légèretés qu’elle a découvertes au fur et à mesure de son aventure, dans les rencontres, dans l’amitié, dans l’organisation, dans ses choix, dans sa tête… Partie du Sud du Japon, elle a rejoint le point le plus au Nord de ce pays, sans avoir de parcours préétabli, voguant au gré des rencontres, de l’esprit  ichigo ichie (le carpe diem à la japonaise), de ses envies et des recommandations des personnes rencontrées. Un Conviviabule plein d’émotions et d’authenticité qui permet de découvrir un pan de la Fanny-vélo-sophie !  

CONVIVIABULE 21: Et si on lecture-canapait?

par Robin Corminboeuf | 18 juin 2023

Robin Corminboeuf (1991) est rédacteur en chef de 360° – le magazine queer suisse-. Il a un master en sociologie et est désormais également écrivain. Avec son premier roman présenté ici « Un été à M. », édité dans la collection Grattaculs « Ecrits LGBTQIA+ » chez Paulette Editrice, il signe un texte sensible et inspiré de sa propre histoire.

En quelques mots 

Dans le cadre d’une collaboration avec Les lecture-canapé de l’Association Divan Dimanche, l’écrivain romand Robin Corminboeuf partage des extraits de son premier romain « Un été à M. » en dialogue avec Marie Wanert, de l’association La Ligne. Le décor de son livre ? Les plantations de tabac de la Broye, une exploitation familiale. Le héros ? Un adolescent de 17 ans qui aide ses parents, tout en travaillant dans une station-service. Il redoute le jour où sa famille et le village découvriront qui il est vraiment, qui il aime, qui il désire… un garçon rencontré par Internet. Tandis que les ouvriers polonais cueillent le tabac en plein été, le jeune homme vit un amour clandestin (Paulette éditrice, 2023). Robin Corminboeuf a également un master en sociologie et est très engagé sur les thématiques LGBTQIA+.

CONVIVIABULE 20 : Et si le procès pénal était utilisé comme outil militant ?

par Marie Desaules | 3 mai 2023

Marie Desaules est doctorante à l’Université de Neuchâtel, en chaire de droit pénal et criminologie. Elle réalise une thèse sur l’utilisation du droit par les activistes climatiques et plus particulièrement leurs procès.  Elle a également de l’expérience en tant que militante, dans les mouvements  climatique et féministe.   

En quelques mots

Le mouvement climatique utilise le droit comme outil militant depuis de nombreuses années. Dans les années 2000, le nombre de contentieux climatiques contre des gouvernements  ou des entreprises privées n’ont cessé d’augmenter jusqu’à devenir une stratégie militante en tant que telle. Depuis 2018, des militantes et militants se sont de plus en plus retrouvés devant les tribunaux pénaux et ceux-ci ont parfois tenté d’utiliser leur procès comme une plateforme stratégique pour, à nouveau, faire entendre leurs revendications. Marie Desaules dresse un tableau de l’activisme légal en Suisse et analyse  les choix des activistes et de leurs avocat-es, pour tenter de déterminer  quelles sont leurs stratégies légales et extralégales, en amont et tout au long de la procédure pénale. 

 

Pour aller plus loin

Film « Etat de nécessité » de Stéphane Goel  

ActionClimat.ch – regroupe les procès et décisions des activistes climatiques en Suisse 

Aînées pour la protection du climat Suisse

Association des avocat-es pour le climat 

CONVIVIABULE 19 :Et si on imaginait un système de santé plus proche de nos besoins et de ceux de la Planète ?

par Christopher Richard | 5 avril 2023

Christopher Richard est médecin-chef adjoint au département des urgences au RHNE. Il se dit « en transition », remettant en question des fondamentaux de la médecine allopathique. Il fait également partie de Doctors for Extinction Rebellion, est animateur d’ateliers santé-Nature et a initié un mouvement vers de la gouvernance partagée au sein de son service hospitalier.

En quelques mots

Partant de son parcours personnel de médecin passionné par les défis posés par son métier, Christopher Richard partage des constats personnels et des faits mis en avant par les sciences pour questionner le sens d’une médecine qui investit prioritairement en « fin de parcours » et non dans les facteurs de risque, principalement sociaux et environnementaux. Il questionne également une médecine qui, tout en aggravant la crise climatique, semble aveugle aux véritables crises sanitaires à venir. En sollicitant le public pour imaginer une autre médecine, il termine avec quelques pistes et un peu d’espoir. 

 

CONVIVIABULE 18 : Et si on instaurait un revenu de transition écologique à Neuchâtel ?

par Sophie Swaton | 15 mars 2023

Sophie Swaton, philosophe et économiste, maîtresse d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne, est également présidente de la fondation Zoein et surtout conceptrice du Revenu de Transition écologique. Ayant réalisé sa thèse sur l’allocation universelle (revenu de base inconditionnel aujourd’hui), elle en a gardé les idées principales pour inventer un concept répondant aux besoins des personnes précaires et tenant compte des limites planétaires.

En quelques mots

Partant de l’hypothèse que le social et l’écologie sont liés, et que l’on ne manque pas de travail mais d’emplois rémunérés, le Revenu de transition écologique (RTE) se veut un outil pour accélérer les transitions, qu’elles soient écologiques, démocratiques ou sociales. Le RTE a trois composantes : un revenu pendant la période de transition, un accompagnement et un accès à la formation et une adhésion à une structure démocratique (coopérative de transition écologique) qui permet  une mise en réseau et une sortie des silos. Après nous avoir transmis les fondements théoriques du RTE, elle nous présente les initiatives actuelles en France et dans les cantons de Genève et de Vaud, avant de terminer sur des questions ouvertes concernant le canton de Neuchâtel. 

Un groupe de réflexion s’est constitué à la fin. Si intérêt à le rejoindre, contactez : info@conviviabule.ch 

CONVIVIABULE 17: Et si on démocratisait la démocratie ?

par Steven Tamburini | 8 février 2023

Steven Tamburini est un ancien gréviste du climat très engagé. Pour faire face au sentiment d’impuissance, il a créé avec trois autres personnes, le mouvement citoyen AG!SSONS qui vise à construire une plateforme d’action citoyenne massive permettant notamment de lancer des vagues d’initiatives populaires autour d’un plan de changement de société.

En quelques mots

S’appuyant sur de nombreuses réflexions stratégiques autour de la constitution d’alternatives politiques, comme celles d’Aurélie Trouvé de la France insoumise, du mouvement espagnol Podemos, de Sunrise mouvement aux Etats-Unis ou encore des actions de grève de Jane Mc Alevey, Steven Tamburini présente les fondements du mouvement citoyen AG!SSONS qui vise à faire face à la triple urgence climatique, sociale et démocratique. Dans le canton de Vaud, ce mouvement a lancé une consultation populaire afin d’identifier les initiatives populaires prioritaires. Le mouvement met également beaucoup d’énergie à la création de chambres citoyennes populaires tirées au sort. Steven Tamburini espère que de nombreuses et nombreux citoyen-nes se mobiliseront dans les autres cantons également, y compris à Neuchâtel, pour faire remonter leurs préoccupations. 

CONVIVIABULE 16 : Et si on changeait de monde avec le Revenu de Base Inconditionnel

par Kalina Anguelova & Oswald Sigg | 25 janvier 2023

Kalina Anguelova est journaliste pour différents médias suisse-romands et illustratrice, Oswald Sigg, économiste et sociologue, a été vice-chancelier et porte-parole du Conseil fédéral. Les deux sont membres du comité de la deuxième intiative populaire pour un Revenu de base inconditionnel en Suisse. 

En quelques mots

Cinq ans après un « non » net dans les urnes, un comité non partisan a lancé en septembre 2021 une deuxième initiative populaire pour un revenu de base inconditionnel. (RBI). En ces temps de coronavirus, de crise climatique et d’automatisation des emplois, l’objectif de cette initiative est de garantir des moyens de subsistance pour toutes les personnes établies en Suisse et de mettre en place une économie au service des personnes, ainsi que de reconnaître à sa juste valeur le travail indispensable à notre société comme les soins familiaux et extrafamiliaux et le bénévolat, tâches souvent assumées par des femmes. Kalina Anguelova et Oswald Sigg nous annoncent l’enterrement de cette initiative, décision prise le matin m^me, et explorent les questions soulevées par cette thématique (rapport au travail, notion de paresse, financement par une micro-taxe…).

 

Pour aller plus loin

– Site de l’initiative « Vivre avec dignité – pour un revenu de base inconditionnel finançable »

-Une petite vidéo qui explique le principe du RBI

Site du BIEN (réseau mondial du revenu de base, basé en Suisse) 

CONVIVIABULE 15 :Et si on mettait en place un système économique vraiment écologique ?

par Leonie Lalive et Grégoire Mottet | 14 décembre 2022

Leonie Lalive et Grégoire Mottet font partie du groupe System Change de la Grève du Climat. Ces jeunes qui ont la vingtaine sont convaincu-es que c’est le système, en particulier économique, qu’il faut changer. Engagé-es dans l’organisation de manifestations, de réflexions et de partages de connaissance, c’est leur manière de lutter pour un monde meilleur.

En quelques mots

Face à l’économie actuelle qui cause crises écologiques et sociales, quel nouveau système imaginer ? Le groupe « System change » de la Grève du Climat a travaillé plusieurs mois à la formulation de propositions pour une alternative économique concrète pour la Suisse, écologique et démocratique. Ce travail a abouti à l’écriture  d’un texte détaillant des idées d’alternatives actuelles a été présenté lors de ce Conviviabule.  Coopératives d’employé-es, banques indépendantes soutenant  les décisions démocratiques et garantie d’emploi sont quelques-uns des thèmes abordés. 

 

CONVIVIABULE 14: Et si on écoutait notre coeur pour créer de l'intelligence collective ?

par Céline Erard | 23 novembre 2022

Céline Erard a eu de nombreuses expériences du collectif : par exemple dans une organisation de jeunesse, dans le comité de Bénévolat Neuchâtel, au sein de la direction du CSP Vaud. Elle a même participé à un congrès international de l’intelligence collective. Le collectif, c’est en quelque sorte sa passion et elle vient la partager !

En quelques mots

Partant d’échanges avec le public, et se basant sur les théories de Robert Dilts, Céline Erard définit l’intelligence collective, qui est bien plus que l’addition de plusieurs intelligences individuelles, comme le résultat d’une pointe de magie et de quelques ingrédients. L' »état coach » (centré, connecté, hospitalier) la favorise, contrairement à l' »état crash » (hostile, réactif, isolé) qui l’empêche. Céline Erard encourage à adopter des posture d’ouverture et de résonance permettant de bénéficier des points de vues et des expériences différentes.

 

CONVIVIABULE 13: Et si on s'inspirait des expériences ZADistes ?

par Nora Rupp | 7 septembre 2022

La photographe  Nora Rupp s’est lancée dans la photographie militante avec l’exposition un « Corps à soi » aux réflexions féministes. Avec son projet « Cabanes des possibles » elle explore d’autres modes de vivre ensemble respectueuses du vivant. 27 images de ce projet sont actuellement visibles au Musée d’ethnographie de Neuchâtel dans le cadre de l’exposition « L’impossible sauvage ». 

En quelques mots

Durant les 165 jours de l’occupation du Mormont à Eclépens (octobre à mars 2020-2021), Nora Rupp s’est immergée et a photographié la vie communautaire de l’intérieur de la ZAD (Zone à Défendre) installée sur la colline. Elle s’est intéressée aux expérimentations d’autres façons d’habiter et vivre ensemble. D’après elle « Une ZAD est un moyen collectif, inclusif et expérimental de défendre les écosystèmes qui nous font vivre. Mais c’est aussi une Zone à Décrire; un lieu vivant où expérimenter de nouveaux modes de vie en commun, de nouveaux rapports à l’habitat, à la création et à la nature.

CONVIVIABULE 12 : Et si on mettait en place un monde convivialiste ?

par François Gauthier | 18 mai 2022

François Gauthier est socio-anthropologue des religions. Né et formé au Québec (PhD Sciences des religions, UQAM), il est à présent professeur de Sciences des religions à l’Université de Fribourg depuis janvier 2013.

En quelques mots

François Gauthier, l’un des 300 signataires du Second Manifeste Convivialiste, aux côtés de Susan George, Noam Chomsky, Alain Caillé ou Pablo Servigne, présente pourquoi les idéologies du siècle passé n’ont pas su répondre aux défis contemporains. 

 

CONVIVIABULE 11 : Et si on décidait collectivement autrement ?

par Ginger Rossel | 23 mars 2022

Ginger Rossel est formatrice en gouvernance partagée, chez Paradigm 21, ainsi que formatrice en yoga du son.

En quelques mots

La gouvernance partagée ou distribuée est en rupture avec le modèle hiérarchique classique, Ce nouveau modèle d’organisation témoigne d’une tentative de (ré)enchanter le monde de l’entreprise par une attention accrue au cadre de travail. Ginger Rossel nous en présente les avantages et quelques outils de prise de décision.

 

CONVIVIABULE 10 : Et si on commençait à penser de manière non binaire ?

par Clém Künzler, alias Klimte | 21 octobre 2020

Clém Künzler alias Klimte joue avec les mots et la langue pour créer des tableaux ironiques et sensibles sur le monde qui l’entoure. Dans ses textes de slam, iel questionne la binarité de genre et ses impacts sur nos corps.

Anthropologue, iel a publié le livre « Ateliers Drag Kings : voyages dans les genres »

En quelques mots

Clém Künzler présente son travail sur les ateliers drag kings, où le temps d’un après-midi des participant-e-x-s jouent avec des symboles et attributs masculins – postiches, maquillages et habits- afin d’explorer des ressentis et performer des masculinités.

Le Conviviabule commence par quelques slams.

 

CONVIVIABULE 9: Et si on observait la colère qui monte ?

par Christian Lutz | 26 janvier 2022

Le photographe Christian Lutz  (né en 1973, vit et travaille à Genève) est diplômé de l’ESA 75, Ecole Supérieure des Arts et de l’Image de Bruxelles, et a reçu plusieurs prix. Son travail est exposé à travers le monde et régulièrement publié. 

En quelques mots

Un moment d’échange intimiste où Christian Lutz parle de son parcours, et de ses colères, de ses doutes, et parfois de son dernier livre Citizens.

Citizens propose une approche photographique saisissante des mouvements et phénomènes populistes de droite et identitaires à travers toute l’Europe, à l’heure de la crise financière et des réfugiés, du Brexit, de la pandémie de coronavirus et des bouleversements économiques et sociaux qui l’accompagnent.

Une visite guidée à la Galerie C par Christian Egger a précédé le Conviviabule.

Pour aller plus loin

– Citizens à la Galerie C

CONVIVIABULE 8 : Et si on croyait un peu moins ?

par Pascal Wagner | 15 décembre 2021

Pascal Wagner est enseignant-chercheur en psychologie sociale et en statistique à l’Université de Fribourg. A la croisée de ces deux domaines, il s’intéresse plus particulièrement dans ses recherches aux croyances (notamment les croyances aux théories du complot, les croyances paranormales, mais aussi le racisme et le sexisme) et raisonnements quotidiens (représentations sociales, raisonnement logique).

En quelques mots

Se basant sur son livre « Psychologie des croyances aux théories du complot. Le bruit de la conspiration », Pascal Wagner-Egger décortique la mécanique du complotisme. Lʹenseignant-chercheur en psychologie sociale de lʹUniversité de Fribourg explique quʹil est très facile de tomber dans le panneau de la conspiration à lʹheure du mille-feuille informationnel.

 

CONVIVIABULE 7 : Et si on osait agir en réseau pour rendre la vie possible

par Alex Aebi | 17 novembre 2021

Alex Aebi, biologiste, ethnologue et apiculteur, est professeur à l’Université à Neuchâtel. Il a fait partie de l’équipe de chercheurs qui ont publié un article dans Science montrant que 75% des miels du monde étaient contaminés par au moins un néonicotinoïde.

En quelques mots

Partant de ses recherches publiées dans Science prouvant la présence de néonicoténoïdes dans les miels du monde entier, Alex Aebi explicite son parcours d’activisite-apiculteur.

CONVIVIABULE 6 : Et si le patriarcat arrêtait de réchauffer le climat?

par Ellen Hertz | 27 octobre 2021

Ellen Hertz est professeure d’anthropologie à l’Institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel. Spécialiste des grands écarts, ses recherches portent sur l’anthropologie économique, du droit, du genre, de la Chine et du patrimoine. Elle travaille par ailleurs à promouvoir des formes alternatives de présentation et de restitution du savoir anthropologique.

En quelques mots

En partant de la dernière publication de Nouvelles questions féministes qu’elle co-dirige, Ellen Hertz explore non pas l’anthropocène ou le capitalocène, mais l’androcène.

 

CONVIVIABULE 5: Et si on construisait nos logements autrement ?

par Gilbert Woern | 8 septembre 2021

Gilbert Woern est architecte à Bienne, directeur de 123architekten gmbh. Depuis 2009, il est président de la communauté d’intérêt « L’habitat coopératif 1930 et demain ». Il réside également à titre personnel dans une coopérative à Bienne.

 

En quelques mots

Dans le cadre de La coopérative d’en face, projet d’habitat coopératif à Neuchâtel dont il a été l’architecte, Gilbert Woern présente l’histoire du logement coopératif.

En introduction de la présentation, Virginie Fasel Lauzon présente le quotidien à La coopérative d’en face.

Conviviabule en partenariat avec l’association PREAU.

Pour aller plus loin

– La coopérative d’en face

CONVIVIABULE 4 : Et si on s'appuyait sur le pouvoir de l'imagination ?

par Rob Hopkins

Rob Hopkins est co-fondateur de Transition Network et Transition Town Totnes, et auteur de plusieurs livres. ll est également directeur fondateur de la New Lion Brewery à Totnes, la première brasserie 100 % communautaire du Royaume-Uni.. Pendant son temps libre, il jardine et fait des impressions sur lino.

En quelques mots

Cette intervention qui a eu lieu en contexte de confinement a eu lieu en visio, en collaboration avec le Réseau Transition Suisse Romande.

Dans le cadre de la sortie de son dernier ouvrage « From What is to What if  :  Et si… on libérait notre imagination pour créer le futur que nous voulons ? »», Rob Hopkins a présenté ses recherches autour de l’imagination au service de la Transition écologique et sociale lors de plusieurs conférences. Son discours réveille les passions et les envies de changement dans le contexte anxiogène de notre époque. En route vers de meilleurs lendemains à grands coups de « et si »…

 

CONVIVIABULE 3 : Et si notre monde ne tournait plus autour des hommes ?

par Pascal Gygax | 11 novembre 2020

Psycholinguiste expérimental et psychologue cognitif, Pascal Gygax s’intéresse à la manière dont nous dépassons le texte et/ou le discours pour former des représentations mentales.  Il participe régulièrement à des émissions de radio, donne des ateliers sur le langage inclusif et des présentations dans les écoles pour sensibiliser les enfants aux conventions sociales et à leur impact sur les comportements.

En quelques mots

Par une démonstration implacable, basé sur ses expériences à l’Univerisité de Fribourg, Pascal Gygax plaide pour un langage inclusif participant à la lutte pour l’égalité, notamment dans le choix des métiers des jeunes.

Pour aller plus loin

– Guide d’utilisation du langage épicène de l’Université de Neuchâtel

– « Le cerveau pense-t-il au masculin? » aux Éditions Le Robert.

– Portrait de Pascal Gygax paru dans le 24Heures le 3 juin 2021.

CONVIVIABULE 2 : Et si l'entraide pouvait nous permettre d'envisager l'effondrement d'un monde ?

par Antoinette Rychner | 21 octobre 2020

Antoinette Rychner, autrice suisse, née en 1979 et diplômée de l’Institut Littéraire, écrit du théâtre et de la prose. Son premier roman, Le Prix, Buchet-Chastel, 2015, lui vaut un Prix suisse de littérature en 2016. Le deuxième, Après le monde, paraît en 2020, également chez Buchet-Chastel. Par ailleurs, elle produit des performances littéraires. 

En quelques mots

En s’appuyant sur deux de ses romans, « Après les monde« , post-apocalyptique et écoféministe  ainsi que sur  » Peu importe où nous sommes« , récit relatant le cancer de son fils de 6 ans, Antoinette Rychner explore la question de l’entraide et de la solidarité qui permettent de traverser plus sereinement les effondrements personnels et collectifs.

 

CONVIVIABULE 1: Et si on se mettait d'accord sur une nouvelle philosophie politique?

par Fabrice Plomb | 16 septembre 2020

Le sociologue Fabrice Plomb travaille depuis une vingtaine d’années sur les manières dont les questions économiques transforment la vie quotidienne, matérielle et subjective des individus. La question des jeunes, de leur insertion professionnelle, de leur socialisation économique, le lien entre travail et politique, les questions d’endettement et de financiarisation sont au cœur de ses recherches.

En quelques mots

Fabrice Plomb nous présente le « Second manifeste convivialiste » pour un monde post-néolibéral » signé par 300 personnalités de 33 pays différents, dont Alain Caillé, Susan George, Bruno Latour, Pablo Servigne et Noam Chomsky.
Le convivialisme est la philosophie de l’art de vivre ensemble qui appelle à s’opposer sans se massacrer, à prendre soin de la nature et des humains. Le Second manifeste convivialiste énonce dans cet esprit cinq principes et un impératif. Ils ne tombent pas du ciel : ils animent en réalité toutes les personnes qui entendent bâtir un monde post-néolibéral à hauteur des défis de notre époque.